Linky Danger : quel risque pour le consommateur ?

Le nouveau compteur d'Enedis est un compteur communicant. Il en cours d’implémentation dans les foyers français depuis décembre 2015. Mais il fait face à de nombreuses critiques depuis sa présentation. Linky danger sont 2 termes souvent associés par les consommateurs et certaines associations. Mais ces accusations sont-elles justes ? Quel est le risque réel de ce nouveau compteur connecté ? Retour sur les plus grandes polémiques.

 

Présentation du compteur connecté

Le compteur communiquant Linky

Compteur communiquant Linky, un compteur nouvelle génération et connecté pour suivre de plus près sa consommation d'électricité.

Le compteur connecté Linky est un nouveau type de compteur, visant à remplacer les anciens compteurs électromécaniques présents dans les foyers français. Ce compteur communique de manière régulière les relèves d'électricité à Enedis (ex ERDF), le gestionnaire du réseau et propriétaire du compteur, et également au fournisseur d’électricité.

Le projet Linky propose de nombreuses améliorations, notamment la relève automatique, mais également une mise en service à distance lors d’un changement d’occupants dans un logement, des coûts d’intervention Enedis moins chers, et des délais plus courts.

Les premières offres de fourniture d'électricité apparaissent en France, notamment avec le fournisseur Engie (offre Weekend) mais aussi Direct Energie prévoit une offre d'Offre Heures Super Creuses ! Ces nouvelles offres sont très avantageuses par rapport aux offres traditionnels, et particulièrement le tarif bleu, réglementé, du fournisseur historique EDF.

Le compteur est progressivement installé dans tous les logements français : cette installation a commencé fin 2015 et devrait avoir équipé 35 millions de logements d’ici 2021. L’installation des compteurs communicants Linky est obligatoire et malgré qu’elle soit gratuite, elle subit des retours mitigés des consommateurs français.

Linky danger : les ondes nocives

Plusieurs associations de consommateurs se sont exprimées sur le thématique Linky danger. Elles accusent le compteur connecté d'avoir un impact néfaste sur la santé des utilisateurs. L’un des arguments principaux est l’émission d’ondes en permanence dans le logement : ondes dangereuses, nocives voire cancérigènes pour les jeunes enfants comme l'aurait écrit l'OMS (l'Organisation mondiale de la Santé) en 2011. La question des ondes pose également problèmes sanitaires pour les personnes électro-sensibles.

Qu'en est-il vraiment ?

Le compteur connecté utilise une technologie très répandue pour la transmission de ces données, il s’agit de courants porteurs en ligne, ou CPL, qui consiste à émettre les informations de compteur dans l’installation électrique du logement, et ce pour éviter une émission d’onde électromagnétique directement par WIFI ou autre.

Enedis s’est exprimé sur la question, pour répondre aux critiques des associations anti-linky : “à l'intérieur du logement, le compteur Linky n’induit pas davantage de champs électromagnétiques que le compteur actuel. Il n'émet pas des informations en continu - comme d'autres appareils connectés, mais seulement quelques secondes par jour; une fois par jour”. De plus, le compteur Linky est situé la plupart du temps à l'extérieur du logement. 

L’objectif du gestionnaire de réseau Enedis est de rassurer les consommateurs inquiets à propos d’un nouveau type de compteur, mais il ne s'arrête pas là : le compteur respecte l’ensemble des normes sanitaires définies au niveau européen et français, lesquelles sont très restrictives, concernant l’exposition du public aux champs électromagnétiques”.

La problématique autour de "Linky danger", a été étudiée par Enedis en amont de la mise sur la marché de son nouveau conpteur. Des batteries de tests ont été réalisées pour mesurer les éventuels risques sanitaires. Finalement tous les tests sont bels et bien rassurants : les ondes émises par le compteur connecté ne constituent pas un danger pour la santé.

D’ailleurs, l’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) a réalisé une étude sur les champs électromagnétiques émis par le compteur Linky, et les résultats montrent que ce dernier émet moins d’ondes qu’une perceuse sans fil. Par exemple, Linky émet 800 fois moins d’ondes qu’un grille-pain, 150 fois moins qu’une ampoule basse consommation.

ENEDIS assure que le compteur Linky « respecte l’ensemble des normes sanitaires définies au niveau européen et français, lesquelles sont très restrictives, concernant l’exposition du public aux champs électromagnétiques. 

D'ailleurs, plusieurs associations de consommateurs se sont interrogés sur les éventuels dysfonctionnements dans installation domotique, suite à la pose d'un compteur Linky dans le logement, et les résultats prouvent que Linky ne dérègle pas les installations dans le logement des consommateurs français.

Le risque lié aux données et à la vie privée

Installation Linky

Le compteur intelligent, contrairement aux compteurs traditionnels, communique une fois par jour, au milieu de la nuit, les relevés de compteurs (collecte de la courbe de charge) à ENEDIS. Pour les collectifs citoyens défenseurs de la vie privée, il s’agit d’un problème, car Enedis pourrait savoir en temps réel si le logement est occupé, ou non, et quels types d’appareils électriques sont utilisés.

D’ailleurs, les associations de consommateurs critiquent cette collection permanente et à grande échelle de données sensibles sur les consommateurs français. La grande menace que certains voient en Linky, c’est celle de “Big Brother”, ou une surveillance généralisée avec des capteurs dans les logements, etc. Cela fait écho à un développement du Big Data, une collection de données via de multiples canaux.

Collection de données sensibles, confidentialité des données personnelles et respect de la vie privée ? Quelles sont les solutions d’Enedis ?

Enedis répond à ses critiques en affirmant que les données sont anonymisées, et ne peuvent être communiqués à des tiers sans un avis explicite du client. Le consommateur d’électricité est le seul à avoir accès aux données de consommation. Par ailleurs, la transmission des données seulement une fois par jour, entre 0h et 6h du matin, ne permet en aucun cas d'obtenir des informations en temps réel.

Début 2018, Enedis a communiqué via l’intermédiaire Bernard Lassus, directeur du programme Linky, à propos de l’utilisation des données collectées par Linky : les données collectées sont utilisées par trois entités :

  1. par le fournisseur, pour qu’il facture en fonction de la consommation d’électricité ;
  2. par Enedis, le gestionnaire du réseau pour effectuer sa mission de service public et piloter le réseau en temps réel ;
  3. par les collectivités territoriales, qui mènent leurs politiques énergétiques.

Le CNIL veille également à ce que les fournisseurs et ENEDIS n’utilise pas les données personnelles des consommateurs à des fins commerciales. Elle a validé l’utilisation des données par Enedis, tout comme l’a fait précédemment l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI).

De plus, le compteur Linky communique à Enedis des données cryptées, inutilisables par des tiers et supprimées au bout d’un an, et les données de courbe de charges ne sont pas obligatoirement transmises au réseau, le client consommateur peut refuser la transmission de ces données.

Et en ce qui concerne les rumeurs de caméra sur le compteur, il s'agit purement de fiction, aucune caméra n'est installée sur le compteur, ni même de microphone, les compteurs Linky restent des compteurs d'électricité, et ne sont pas des équipements de surveillance. 

Linky danger et les risques d'incendies

Les associations anti-linky revendiquent également le danger du compteur communicant quant aux départs d’incendie. Ce dernier serait régulièrement la cause d’incendie.

Durant la phase d’expérimentation et des tests effectués pendant 5 ans par Enedis sur 300 000 compteurs Linky, 8 cas d’incendie ont été relevés. Cela représente une moyenne de 1 compteur sur 37 500, ce qui est relativement important, sachant que 35 millions de compteurs sont en train d'être installés entre 2015 et 2021.

Enedis a réalisé des études, et a remarqué que ces incendies étaient dus à “un défaut de serrage qui provoque un court-circuit, et qui peut tout autant se produire avec un autre compteur traditionnel”. C’est pour lutter contre cette catégorie de polémique sur Linky danger qu’Enedis forme les installateurs, afin d’éviter ce genre de problème à l’installation, et les risques d’incendies qui vont avec.

Depuis 2015, très peu de cas d’incendies ont été recensés après la pose de compteurs intelligents, et aucun n'a été attribué à un défaut du compteur Linky alors que des millions de compteurs fonctionnent d’ores et déjà chez les consommateurs français.