Economisez jusqu'à 200€ par an sur votre factureSelectra (lundi-vendredi 8h-21h, samedi 8h30-18h30 et dimanche 9h-17h)
☎️ 01 86 65 26 42 - Rappel gratuit

Economisez jusqu'à 200€ par an sur votre factureSelectra (lundi-vendredi 8h-21h, samedi 8h30-18h30 et dimanche 9h-17h)
☎️ 01 86 65 26 42 - Rappel gratuit

Télétravail et Coronavirus : l'impact sur la facture d'électricité

Si le télétravail est souvent un choix, il peut aussi s’imposer lors d’un cas de force majeure tel qu'une crise sanitaire comme le coronavirus. En quoi ce mode de travail impacte-t-il le montant de la facture d’électricité et comment réduire alors ses dépenses en énergie ? D’autre part, comment le secteur de l’énergie fait-il face à cette crise inédite majeure pour assurer aux français la continuité de l’approvisionnement ? Voici le point sur ces questions.


Comment faire baisser sa facture d’électricité dans le cadre du télétravail ? De nombreux français sont en télétravail, d'autant plus en pleine crise du coronavirus, ce qui entraîne une augmentation de leur consommation d’électricité. Il est possible de trouver une offre proposant des réductions attractives en appelant Selectra au 01 86 65 26 42 rappel gratuit. Cette ligne est ouverte du lundi au vendredi de 8h à 21h, le samedi de 8h30 à 18h30 et le dimanche de 9h à 17h.

Pourquoi le télétravail peut-il faire augmenter la consommation d’électricité ?

On parle de télétravail lorsqu’une activité professionnelle est réalisée à distance des locaux de l’employeur de façon volontaire et régulière, à l’aide des outils de technologie de l’information et de la communication existants. Il s’agit d’une pratique émergente et de plus en plus plébiscitée qui fait partie d’une démarche globale d’optimisation de l’organisation du travail.

En plus de tous les bouleversements et des changements d’organisation que la mise en place du télétravail peut impliquer, cela impacte aussi directement le montant de la facture d’électricité. En effet, dans le cadre du travail à distance, on utilise l’électricité pour :

  • le fonctionnement du matériel informatique (ordinateur, téléphone, imprimante, box internet, etc) ;
  • l’éclairage ;
  • le chauffage et/ou la climatisation.

C’est pourquoi, dans un contexte inédit et difficile, il peut être utile de savoir comment s’épargner certaines dépenses non nécessaires. Afin d'éviter de subir une forte augmentation de sa facture d’électricité, il est possible d’agir à deux niveaux :

  1. la mise en place d'éco-gestes simples visant à réduire ses consommations d’énergie : une façon de payer moins d’électricité, mais aussi de faire un geste noble pour la planète ;
  2. le choix d'une offre d'électricité moins chère que les tarifs réglementés.

Quelles sont les mesures prises par le gouvernement concernant la trêve hivernale pendant la crise sanitaire ?Initialement prévu le 31 mars 2020, la fin de la trêve hivernale pourra être prolongé de 2 mois pour les particuliers ayant des difficultés financières. Jusqu'à la fin du mois de Mai, les fournisseurs d'énergie ne pourront donc pas opérer de coupures d'électricité ni de coupures de gaz naturel lors d'impayés.

Comment réaliser des économies d’énergie avec le télétravail ?

economie facture electricite

Lorsque le salarié travaille hors de chez lui, la consommation d’électricité liée à ces usages courants est prise en charge par l’employeur. Or, lorsqu’il télétravaille, ces dépenses lui reviennent et peuvent peser lourd à la fin du mois : le niveau de la consommation moyenne d’électricité dans une maison dépend fortement du taux de présence. C’est pour cette raison qu’il peut être judicieux d’apprendre à économiser l'énergie au quotidien lorsque l’on travaille de chez soi.

Régler son chauffage pour réaliser des économies

Une personne qui travaille à distance de son entreprise doit s’occuper elle-même du chauffage et de la climatisation de son espace de travail. Or, il s’agit là de postes de dépense majeurs dans la consommation d’électricité d’une maison. Alors comment dépenser moins en chauffage tout en optimisant le confort de son lieu de travail ?

Le premier éco-geste consiste à régler son chauffage sur la bonne température, qui se situe entre 19°C et 21°C pour une pièce à vivre (selon cette infographie de l'ADEME). Inutile donc d'élever la température du radiateur, surtout lorsqu’on sait qu’un seul degré supplémentaire augmente la consommation totale de 5 à 10%.

L’autre astuce est d’utiliser un thermostat : il n’est plus nécessaire de vérifier la température, puisqu’il suffit d'entrer la valeur souhaitée pour chaque pièce. La plupart des radiateurs électriques sont aujourd’hui équipés de thermostats, et certains fournisseurs d'énergie proposent même des thermostats connectés, contrôlables depuis une application mobile.

Réduire la consommation d’énergie des outils de travail

Essentielles pour travailler, les TIC (technologies de l’information et de la communication) sont des appareils souvent gourmands en électricité. Pourtant, il est possible de réduire leur consommation à l’aide de nouvelles habitudes à mettre en place :

  • baisser légèrement la luminosité de l’ordinateur : cela permet à la fois de consommer moins d’énergie tout en d’optimisant le confort des yeux ;
  • éteindre son ordinateur après l’utilisation : en veille, l’appareil consomme toujours de l’électricité. Un ordinateur fixe continue à utiliser de l’énergie lorsqu’il est en veille, et un ordinateur portable continue à se décharger. Penser à éteindre totalement ses appareils informatiques, c’est aussi leur assurer une meilleure longévité ;
  • mettre hors tension la box internet au moment d’aller se coucher : la consommation de cet appareil peut dépasser les 200 kWh/an, ce qui correspond à celle d’un réfrigérateur ;
  • débrancher les appareils et leurs chargeurs lorsqu'ils ne sont plus utilisés ;
  • désactiver le bluetooth, les données de localisation, les données mobiles, ou encore le wifi sur son téléphone portable, selon les besoins du moment. Cela permet de réduire la consommation de celui-ci et d’avoir à le charger moins régulièrement ;
  • fermer les programmes non utilisés sur son ordinateur, ainsi que les onglets déjà consultés sur le navigateur internet. Cela permet de soulager le processeur de l’ordinateur et ainsi de consommer moins d’énergie ;
  • n’allumer son imprimante qu’en cas de besoin, surtout s’il s’agit d’une imprimante à jet d’encre.

Choisir le bon matériel pour les bonnes tâches Une tablette est nettement moins énergivore qu’un ordinateur fixe pour la même mission. Il est même possible d’y connecter un clavier tactile pour y réaliser en toute facilité du traitement de texte et des tâches de bureautique. Il peut donc s’avérer judicieux et économique de choisir son matériel selon la tâche à effectuer.

Opter pour un éclairage adapté

economie eclairage

L’éclairage est un aspect primordial pour créer un environnement de travail agréable et maximiser sa productivité. Afin de faire des économies d’énergie tout en optimisant son confort, il est donc essentiel de faire les bons choix :

  • privilégier la lumière du jour dans l’espace de travail : pour ce faire, orienter le bureau vers la bonne direction afin de ne pas avoir la lumière dans le dos, et choisir, si possible, une pièce naturellement lumineuse ;
  • miser sur un éclairage direct sur le bureau pendant les moments de la journée les moins lumineux. Il est alors conseillé d’opter pour des ampoules à économie d’énergie, nettement moins énergivores que les ampoules classiques ou les lampes halogènes.

Comment économiser de l’énergie dans les autres pièces ? Travailler à distance implique également de consommer de l’électricité dans d’autres endroits de la maison. Pour dépenser moins d'énergie, il est notamment conseillé de faire fonctionner ses appareils les plus gourmands en électricité lors des heures creuses, de privilégier une bouilloire à une casserole pour faire chauffer l’eau du thé, ou encore de réchauffer son déjeuner au micro-ondes plutôt qu’au four traditionnel.

Comment se faire rembourser ses frais professionnels en télétravail ?

L’employeur peut tout à fait rembourser une partie des coûts liés au télétravail engagés par son salarié.

La réforme du Code du travail de 2017 statue que l’employeur n'est plus dans l’obligation de prendre en charge les frais liés à l’exercice du télétravail de ses salariés. Toutefois, ces derniers peuvent lui demander une indemnité forfaitaire pour en couvrir une partie. Celle-ci peut notamment permettre de participer au remboursement des dépenses telles que le chauffage, l'électricité, ou encore l'abonnement à Internet.

Mais comment savoir quelle somme l’entreprise peut rembourser ? Autrefois, c’était une grille de calcul spécifique et plutôt complexe qui permettait de calculer ce montant. Depuis 2019, un barème permet de simplifier le remboursement. Voici les principaux points à retenir :

  • pour un jour de télétravail par semaine d'un salarié, l’entreprise peut rembourser jusqu’à 10 € par mois de frais professionnels tout en bénéficiant d’une facture avec moins de charges sociales (une allocation forfaitaire de 20 € par mois pour deux jours de télétravail par semaine, 30 € par mois pour trois jours par semaine d'après l'URSSAF) ;
  • il n’est plus nécessaire de présenter de justificatifs des frais professionnels liés au télétravail pour obtenir le forfait de compensation.

Grâce à la mise en place de ce barème, il est plus simple pour les entreprises de rembourser leurs salariés en télétravail.

Quelle offre d'électricité choisir pour réduire sa facture en télétravail ?

comparer offre electricite

Pour réaliser encore plus d’économies sur ses factures, il est possible de faire jouer la concurrence en souscrivant à une offre d'énergie compétitive.

Le télétravail engendre une augmentation des consommations électriques, c'est pourquoi il devient intéressant de se pencher sur le prix du kWh d'énergie dans le but de réduire le montant facturé à la fin du mois. En effet, des fournisseurs d'électricité proposent des réductions sur le prix du kWh hors taxe. Il existe deux types d’offres :

  • les offres à prix indexé sur les tarifs réglementés : elles garantissent une réduction stable de X% par rapport aux tarifs réglementés de l’électricité. Ainsi, le prix du kWh HT est toujours inférieur aux tarifs réglementés de l’électricité, dont il suit l’évolution (à la hausse comme à la baisse) ;
  • les offres à prix fixe : elles assurent un prix du kWh HT identique sur toute la durée du contrat, quelle que soit l’évolution des tarifs réglementés. Certaines offres sont toutefois révisables à la baisse à la date anniversaire du contrat. Si ces offres ne proposent pas toujours le prix du kWh HT le plus bas, elles permettent toutefois au consommateur de se protéger des hausses des tarifs de l’électricité.

Voici une sélection de plusieurs offres de fourniture d’électricité présentant des tarifs attractifs :

Sélection d'offres proposant un prix du kWh d'électricité attractif
Fournisseur et offre Téléphone et souscription Caractéristiques de l'offre Prix du kWh d'électricité
 (
TTC)
total-direct-energie
Offre Online
01 86 65 26 68
Rappel gratuit
Offre à tarif indexé sur les tarifs réglementés de l'électricité ;
10% de réduction sur le prix du kWh HT par rapport aux TRV.
0.1429 €
vattenfall
Eco Green
01 86 26 47 81
Rappel gratuit
Offre d'électricité verte à tarif indexé sur les TRV (énergie produite à partir de sources 100% renouvelables : solaire, éolienne, hydraulique et biomasse) ;
5% de réduction sur le prix du kWh HT par rapport aux TRV.
0.1485 €
eni
Astucio Eco
01 86 65 26 56
Rappel gratuit
Offre à tarif fixe garanti sans augmentation pendant 3 ans, uniquement révisable à la baisse à la date anniversaire du contrat. 0.1532 €

edf


Tarif Bleu (TRV)
09 69 32 15 15
Contacter EDF
Tarifs réglementés de l'électricité. 0.1546 €

Tarifs applicables pour un compteur d'une puissance de 6 kVA en option Base. Prix à jour au 5 mars 2020.

Quel est l’impact du coronavirus sur la consommation d’électricité en France ?

La consommation d’électricité en baisse en France

La crise sanitaire liée au coronavirus engendre une baisse significative de la consommation d’électricité : une baisse d'environ 15% en moyenne selon la délibération du 26 mars 2020 de la CRE (Commission de Régulation de l'Energie).

Cette diminution s’explique par le fort ralentissement de l’économie et la mise en place massive du télétravail depuis la mi-mars 2020. Ainsi, les mesures prises par le gouvernement pour contrer la propagation du Covid-19, dont la fermeture des établissements commerciaux non essentiels à la vie de la nation ont inévitablement impacté la consommation d’électricité (concernant les bars, restaurants, boîtes de nuit, cinémas, musées, bibliothèques, salles de spectacle, établissements sportifs, etc). La mise en place massive du télétravail par les entreprises dès le 13 mars 2020 vient accentuer cette baisse globale.

Continuité de l’approvisionnement et crise du coronavirus

Ce même jour, la ministre de la transition écologique et solidaire Elisabeth Borne, a organisé une réunion avec l’ensemble des acteurs de l’énergie français. L’objectif ? Assurer la continuité des activités d’approvisionnement en énergie, tout en déterminant les mesures pour faire face à cette crise inédite et majeure.

« Le plus important, c’est que les centrales tournent », affirme-t-on au ministère. EDF doit ainsi anticiper une très probable hausse du taux d’absentéisme et garantir le fonctionnement du parc nucléaire et hydraulique avec des équipes restreintes. Le fournisseur historique rappelle qu’il est entraîné à ce défi, et qu’il est capable de faire tourner l’ensemble du parc nucléaire et hydraulique français avec 25% d’absentéisme sur 3 mois, et 40% lors du pic de l’épidémie.

EDF dispose également de solutions en cas de difficulté majeure, dont celle de dernier ressort : la force d’action nucléaire, créée après les événements de Fukushima, qui peut piloter n’importe quel réacteur. En parallèle, l’Autorité de Sûreté Nucléaire assure que « toutes les dispositions sont prises pour assurer la sûreté des installations ».

Updated on